Trophées du Repreneuriat 2023


Prix du Repreneuriat Industrie

2019

ARDENPLAST Benoit d’Harcourt

Le repreneur 

 Benoit d’Harcourt , HEC, 56 ans, a passé 21 ans dans l’industrie chimique, pétrole et matières plastiques, à des postes de Contrôle de gestion, secrétariat général et Direction Générale puis 4 ans dans l’industrie papetière en tant que Directeur Général adjoint en charge des fonctions supports. Enfin, 2 ½ ans dans un cabinet de redressement d’entreprises industrielles en difficultés. Dans sa recherche d’entreprise, il définit sa cible. Ce doit être une entreprise industrielle de 20 à 120 salariés, in bonis, avec un métier et un savoir-faire propre, maitrisant la conception, idéalement ayant une problématique de complexité de d’organisation ou de transformation à mener. Une entreprise qui a une « âme » et une histoire et si possible à maximum 3 heures de Paris. Il a 50 ans au moment de la reprise d’ARDENPLAST.

 L’entreprise 
 ARDENPLAST située à Mouzon dans les Ardennes est un fabricant concepteur d’ensemble de protection, de calage et de conditionnement en polypropylène alvéolaire. La recherche de l’entreprise a été multicanaux : son réseau bien sûr, mais le CRA, HEC entrepreneurs, la CCIP avec des mailings ciblés, ainsi que d’autres intermédiaires ont permis d’avoir une vision élargie et aussi complète que possible des potentialités à cette période. Plusieurs cibles ont été suivies en même temps. Plusieurs LOI ont donc été faites. Bien sûr, l’une d’entre elle avait la préférence et entrait totalement dans ses critères de recherche. Mais le risque tenait dans la personnalité du cédant qui rendait incertaine la perspective d’aboutir. 

 La reprise 
 Création d’une holding actionnaire à 100% de la cible. Benoit d’Harcourt, est actionnaire majoritaire de cette holding avec 77% des actions (650 k€) avec un fonds régional d’investissement IRPAC à 23% (200k€). Celui-ci en revendra une partie, 15%, à la BPI. Cette opération a eu lieu en décembre 2017. L’endettement sera de 2 300k€, se décomposant en un emprunt bancaire de 1 500k€ sur 7 ans, prêts participatifs pour 650k€ et OC 150k€. Un accompagnement par la région d’un prêt sans intérêt sera débloqué 8 mois après le closing. La reprise concerne 2 sociétés. ARDENPLAST 36 salariés et sa voisine et entreprise sous-traitante, ARDENCA, un atelier de fabrication de 20 personnes. L’aménagement des relations entre la holding comprendra une convention de management, de trésorerie et une intégration fiscale. Les relations avec le cédant n’ont pas été totalement sereines et la rupture des négociations restaient en quelque sorte, en toile de fond. Mais l’aspect rassurant était le vrai professionnalisme industriel du cédant qui rassurait sur le métier de l’entreprise et qui l’a finalement emporté sur les craintes. L’accompagnement prévu dans le protocole n’a finalement pas eu lieu. 

 Le développement de l’entreprise 
 La reprise de ces 2 structures concomitamment est apparue évidente, sinon obligatoire dans le projet industriel de Benoit d’Harcourt. Investissement en R&D visant à optimiser les techniques pour amortir les coûts de production des petites et moyennes. Le bureau d’étude compte 5 personnes. Des enveloppes Soleau sont systématiquement déposés, ainsi que 3 brevets. Une politique d’investissements importants dans l’outil de production a été prioritaire, cela a concerné des renouvellements de machines, dégoulettages d’urgence… , Phase 1 :   2,5M€ investis entre 2013 et 2017. Phase 2 : 3M€ entre 2018 et 2023. Important effort de création de Base de données pour fluidifier et fiabiliser la circulation des infos et gagner en réactivité, efficacité et agilité. Recherche d’une optimisation commerciale. Participations aux salons régionaux servant de base de prospection et internationaux avec recherche d’intermédiaires fiables. Actions marketing et réfection du site internet, présentant une segmentation produit par type d’utilisation et nom par marché... Concernant la politique RH, un focus a été mis sur la sécurité, le bien-être des salariés, « l’envie de venir au travail » et la formation. Il est plus rationnel de faire progresser ses collaborateurs que d’attirer des compétences dans les Ardennes ! Enfin, un intéressement a été mis en place qui correspond à 2 mois de salaire.   

 Résultats des actions menées 
 Après ces gros investissements qui augmentent de 40% la capacité de production, l’enjeu immédiat est l’optimisation de la production de ces nouvelles machines avec la qualité requise sur ce marché. Poursuite de la démarche de structuration et de professionnalisation de l’entreprise avec une tendance à offrir des services annexes. La mise en place d’un ERP est prévue sur 2019. Consolidation des relations avec les grands comptes, conservation de l’équilibre sur les 3 métiers : extrusion, découpe et façonnage. Programme de recyclage de 100% des déchets de fabrication en polypropylène. Sur l’aspect RSE, plusieurs actions sont menées : minimisation des risques industriels, réduction de consommation énergétique, remplacement d’engins polluants, mais aussi participation à des actions culturelles ; mécène en 2017 d’un colloque au château de Versailles sur la conservation des archives, et un partenariat avec le musée « guerres et paix » des Ardennes. 

 La fierté 
 La fierté de Benoit d’Harcourt tient principalement dans le sourire retrouvé de ses collaborateurs ! Que ce soit des salariés récemment embauchés heureux d’appartenir à l’entreprise, des clients et les acheteurs très satisfaits des rapports avec ARDENPLAST, des promotions réussies de collaborateurs, ou des dépassement dans les capacités produites, l’ambiance a changé, c’est encourageant et stimulant. L’entreprise a retrouvé un avenir. 

 Appréciation du CRA 
 La reprise d’une entreprise est toujours une aventure. Mais avoir une vision claire, un plan structuré, une volonté de développement passant par des investissements modernisant en profondeur l’outil de production, enfin une forte implication à visage humain a donné à ce jour des résultats exemplaires. 

Le témoignage de Benoit d’Harcourt